Projet BCEXPOS à l’Institut de Cancérologie de l’Ouest

Actus Odyssea - Le projet BCEXPOS de l’Institut de Cancerologie de l’Ouest - Feat

Détecter les facteurs environnementaux qui aggravent les risques de cancer du sein

Martine Bellanger, responsable de l’unité de Sciences Humaines et Sociales (SHS) et du département de promotion de la santé et prévention de l’institut de cancérologie de l’Ouest (ICO) nous présente le projet BCEXPOS, soutenu par Odysséa.

Dans quel contexte est né le projet BCEXPOS?

Je suis économiste de formation, et parmi les travaux de recherches que j’ai conduits à l’Ecole des Hautes Etudes en Santé Publique (EHESP) dans le cadre de projets européens, internationaux et nationaux, la réduction des expositions à l’environnement a constitué un axe d’investigation déterminant.

Notre focus a porté sur les enfants, qui sont plus sensibles à certaines expositions environnementales aux cours de périodes où leurs corps sont plus sensibles aux influences extérieures. Nous appelons ces périodes particulières des « fenêtres de susceptibilité ».

De plus, nous avons observé que ces effets liés aux effets toxiques de l’environnement se cumulaient aux effets liés à des conditions sociales et économiques défavorables.

Tout ceci a des conséquences sur leurs conditions de vie et leur santé non seulement quand ils sont jeunes, mais aussi à l’âge adulte… Cela peut se traduire notamment par le développement de déficiences neuro-développementales et de maladies chroniques comme certains cancers, qui peuvent se manifester des dizaines d’années plus tard.

Prévenir de telles maladies et déficiences contribue à l’amélioration de la qualité de vie des personnes et à leurs familles et permet à la société de réduire substantiellement les dépenses de santé et les pertes de production.

De ces observations, a découlé le projet d’orienter les recherches à l’ICO sur la réduction des risques liés aux expositions environnementales pris dans un sens large et pouvant conduire à des cancers et en particulier aux cancers du sein. C’est dans ce contexte qu’est apparu le projet BCEXPOS.

Le projet BCEXPOS est novateur et inclut une collaboration entre l’ICO et des équipes expertes en sciences de l’environnement, en sciences de la nutrition, en statistiques des expositions chimiques de l’Institut de Recherche en Santé Environnement Travail – IRSET- Ecole des Hautes Etudes en Santé Publique – EHESP, Rennes) le CHU Tours et le Laberca – INRAE, Nantes, respectivement.

Présentation du projet BCEXPOS

Le projet BCEXPOS va analyser les effets liés aux expositions environnementales, sociales et à l’alimentation sur le cancer du sein. Le cancer du sein reste le cancer le plus répandu chez les femmes dans le monde; en effet il est 6 fois plus répandu chez les femmes âgées de 20 à 49 ans que n’importe quel cancer chez les hommes.

Des facteurs affectant le risque du cancer du sein et son agressivité ont été établis par de nombreuses études. Ces facteurs peuvent être les effets de traitements hormonaux substitutifs, d’antécédents liés à la reproduction, de la consommation d’alcool et de la diminution de l’activité physique. Toutefois ces facteurs n’expliquent qu’une part modeste des risques.

De plus en plus de preuves indiquent que l’influence de l’environnement sur le risque du cancer du sein peut être plus grande au cours de plusieurs « fenêtres de susceptibilité » qui coïncident avec des événements marquants lorsque le tissu mammaire d’une femme change dans la structure, y compris prénatal, pubertaire, grossesse et ménopause.

Il est raisonnable d’en déduire que les risques de cancer du sein inexpliqués sont causés par l’environnement et leurs interactions avec des processus génétiques plus sensibles à des périodes spécifiques.

Actus Odyssea - Le projet BCEXPOS de l’Institut de Cancerologie de l’Ouest - LOGO

Quel est le but de cette étude ?

L’étude va servir précisément à élucider la part des facteurs liés aux expositions à l’environnement dans les cancers du sein. L’environnement est pris ici au sens large et comprend :

  • l’alimentation,
  • le mode de vie,
  • l’exposition à certains produits chimiques,
  • les facteurs psychologiques et sociaux des personnes.

Ces différents facteurs peuvent avoir des effets qui se cumulent de façon positive ou négative. Ils peuvent créer un environnement favorable ou à l’inverse un environnement qui conduit à l’apparition du cancer, ou influent sur son niveau de gravité ou encore favorise la rechute, lors d’un cancer antérieur.

Pourquoi identifier ces facteurs ?

Ces facteurs, sont, en partie, modifiables, comme par exemple un changement de régime alimentaire ou la réduction d’exposition à des expositions toxiques. Par conséquent, la connaissance des principaux bénéfices ou des effets préjudiciables pourra permettre d’élaborer des recommandations et d’identifier les personnes les plus à risque de développer un cancer ou de faire une rechute.

Enfin, des études d’association à l’échelle de l’environnement au sens large, comme pris dans ce projet, pourront conduire à la mise en œuvre de meilleures politiques de promotion de la santé et de prévention pour le bien-être des personnes.

Quelle est la contribution d’Odysséa au projet ?

Actus Odyssea - Le projet BCEXPOS de l’Institut de Cancerologie de l’Ouest - Cheque

Odysséa soutient l’ICO dans sa contribution à la partie clinique, aux sciences humaines et sociales et à la biologie de l’ICO, en complément du soutien financier alloué pour deux ans par le Cancéropole Grand Ouest, via le financement des trois régions concernées par l’étude, les Pays de la Loire, la Bretagne et Centre Val de Loire.

Odysséa permet de renforcer les équipes en sciences humaines et sociales et en biologie de l’ICO, par sa contribution au financement de postes de jeunes chercheurs motivés à la fois par la recherche scientifique, mais aussi par le développement de la prévention.

La reconnaissance d’Odysséa est un encouragement dans le développement de programmes de recherche en promotion de la santé et en prévention.

1 commentaire

  1. Isabelle LORANDIN sur 21 mars 2022 à 18 h 28 min

    Merci pour cette étude pertinente. J’espère vivement qu’elle débouche sur une meilleure prévention du cancer du sein.

Laissez un commentaire